La Reprise du Conflit du Karabagh

Maragha

Le 10 avril 1992, le village arménien de Maragha a été attaqué par l'armée azerbaïdjanaise. Les rapports d'Human Rights Watch, Helsinki reprennent les événements et les témoignages. Les forces arméniennes qui tentaient de défendre le village durent battre en retraite et abandonner le village et sa population, essentiellement constituée à ce moment-là de vieillards et de handicapés qui ne pouvaient être évacués et qui ont été forcés de se mettre à couvert dans les caves et les abris. Cependant, les forces arméniennes tentèrent de reprendre le village le jour suivant, 11 avril. Lorsqu'ils entrèrent dans le village, ils trouvèrent les corps de plusieurs villageois. Beaucoup parmi eux étant mutilés et gravement abîmés, décapités ou dont les yeux avaient été arrachés. Tandis que du côté arménien, on soutient que jusqu'à 100 personnes ont été assassinées, Human Rights Watch a déclaré 43 morts et jusqu'à 50 kidnappées dans son rapport officiel sur le massacre.[81] Dans un rapport de 1993, Amnesty International mentionne le nombre de 45 tués.[82] La raison du massacre est inconnue, mais beaucoup pensent que l'attaque est une vengeance pour les événements de Khodjalou qui eurent lieu cette même année, deux mois auparavant.

Un détail à noter; tandis qu'il y a doles opinions divergentes sur les événements de Khodjalou, et que la partie arménienne réfute la version azérie de ce qui s'est passé à Khodjalou, on ne peut en dire de même des événements de Maragha. Les allégations arméniennes et les rapports de Human Watch et d'Amnesty n'ont pas été contestées ou remises en cause de la même manière et autant qu'à Khodjalou.

Notes

81) Rachel Denber and Robert K. Goldman, Bloodshed in the Caucasus: escalation of the armed conflict in Nagorno Karabakh, New York: Helsinki Watch, 1992.
82) Amnesty International, Country Dossier List 1993 Europe, DOC 32/04/94, Country Dossier List, 1993